Imprimerie offset, comment sont imprimés nos images.

DSCF2013La classe de première année de BTS Photographie du lycée Saint-Vincent de Paul à visité une imprimerie Offset. La Petite Presse.

Que deviennent les images des photographes quand elle sont édité? Le processus s’inscrivant dans ce qu’on appelle « la Chaîne Graphique » prépare les photographies en vue d’une édition quadrichromique.

La difficulté pour un photographe est de bien comprendre et de maitriser le passage d’une image d’un mode RVB en mode CMJN.

1- Prépresse

La prépresse consiste à rassembler les éléments (texte, image…) transmis par le client ou photographe. Les éléments sont assemblés sur ordinateur à l’aide de logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur), dédiés à cet effet. Quark Xpress ou InDesign.

Les images sont vérifiées, niveaux, accentuation, valeurs chromiques et mode colorimétrique CMJN obligatoire.

Les fichiers numériques (texte et image) ainsi préparés sont imposés sur des plaques CTP (Computer to Plate), ou encore directement à l’imprimante ou la presse dans le cas d’impressions numériques.

La maquette et la mise en page

Le maquettiste fera un travail de création. Il réalisera une ou plusieurs versions de mise en pages avec les différents éléments fournis (textes, images, rough…) avant de passer à la composition technique avec les logiciels graphiques. Le profile FOGRA 39* est actuellement utilisée pour une parfaite concordence des couleurs.

* voir complément d'information sur ce site

 Le flashage

Cette opération assure le lien entre le fichier numérique et le support physique à partir duquel sera reproduit le document à imprimer. A partir des fichiers techniques l’opérateur réalisera la séparation des couleurs , le CTP (Computer To Plate) produira les plaques offset C. M. J. N sous forme de point de trame d’une linéature variant entre 150 et 200 LPP. 

Le Bon à Tirer ou BAT

A la fin du travail de photogravure ou de PAO, lorsque les images et les textes mis en page, les couleurs vérifiées, une sortie papier ou épreuve est produite afin de vérifier le travail accompli et soumettre celui-ci à l'approbation du client.

Lorsque le client est d’accord sur l’épreuve qui lui est présentée, il signe et date celle-ci. Le BAT devient le document de référence de l’imprimeur qui devra la reproduire le plus fidèlement possible.

L'impression offset

 A partir des plaques qui ont été préparées par le service prépresse, l’imprimeur cale celles-ci sur les cylindres de la presse offset ou sur les rotatives.

 Inventée en 1796 par Senefelder, appelée alors lithographie (du grec lithos : pierre), l'impression offset était basée sur la répulsion de l’encre par les zones de la surface qui étaient humidifiées et l'étalement de cette même encre sur les zones sèches. Aujourd’hui, ce procédé a beaucoup évolué du point de vue technique, mais le principe de base reste identique, à savoir la répulsion entre l’eau et la graisse de l’encre. 

Le procédé "offset" tient son nom de la présence d’une surface intermédiaire entre la forme imprimante et le support : le blanchet. Ce dernier est un matériau caoutchouteux destiné à "reporter" (en anglais : to set off) l’image de la plaque au support. C’est un procédé que l’on classe parmi les procédés d’impression indirects. 

Les parties à imprimer sont reportées par procédé photomécanique sur une forme d'impression polymétallique de façon qu'elles apparaissent sur du cuivre (lipophile) ou une émulsion polymère alors que les parties qui ne sont pas à imprimer restent sur de l'aluminium (hydrophile). La plaque est successivement mouillée, puis encrée : l'aluminium accepte l'eau et repousse l'encre, le cuivre ou la couche polymère accepte l'encre et repousse l'eau. 

Le transfert de l'encre s'effectue par un double report : de la plaque sur le blanchet en caoutchouc d'abord, puis du blanchet sur le papier ensuite. 

Etape 1 : Mouillage de la plaque. Un film de solution de mouillage se dépose et demeure sur les zones non-imprimantes. 

Etape 2 : Encrage de la plaque. Une émulsion de solution de mouillage dans l’encre se forme à la surface des zones imprimantes de la plaque. 

Etape 3 : Transfert de l’émulsion de la plaque au blanchet (le revêtement élastomère de ce dernier possède une bonne affinité pour l’encre). 

Etape 4 : Transfert de l’image encrée du blanchet au support d’impression (généralement une feuille). 

Les commentaires sont clos.