Tutelle Congréganiste

février 28, 2016 Commentaires fermés sur Tutelle Congréganiste

L’encyclique de Jean-Paul II Fides et Ratio » : deux passages :

“Plus l’homme connaît la réalité  et le monde, plus il se connaît lui-même dans son unicité  tandis que devient plus pressante pour lui la question du sens des choses et de son existence même”  (Introd. 1) : voilà le sens de la pastorale !

“Je désire exprimer avec force la conviction que l’homme est capable de parvenir à une conception unifiée et organique du savoir”  (n° 85)

La tutelle

« Le tuteur n’est pas la vie ; la sève ne circule pas dans le tuteur. En revanche, le tuteur soutient la vie de l’arbre, aide à porter les branches lourdes de fruits, permet au branches de croître dans la bonne orientation, pour donner à l’arbre une silhouette solide et harmonieuse. » (Claude Berruer)

La Compagnie des Filles de la Charité, Tutelle du Réseau scolaire vincentien, est « garante de l’authenticité évangélique du projet éducatif et de sa mise en œuvre dans ses établissements ». Le service de la Tutelle s’exerce dans un esprit évangélique, au service du projet éducatif. Son rôle est de :

  1. Garantir durablement le caractère propre de l’établissement
  2. Assurer un accompagnement de la communauté éducative, et en premier lieu du chef d’établissement.
  3. Soutenir la vitalité des établissements dans le cadre du réseau, notamment par la formation.


Histoire

L’histoire du Réseau scolaire vincentien s’origine dans celle de la Compagnie des Filles de la Charité. Se rendant compte de la misère spirituelle et corporelle des gens des campagnes, Vincent de Paul mit très vite les laïcs à contribution. Il suscita en particulier la création et l’organisation des « Charités », associations féminines d’aide aux pauvres et aux malades des villages. C’est là que Louise de Marillac, qu’il délégua pour les accompagner, décela le besoin d’instruire les « petites filles pauvres ». Là aussi que naquirent les Filles de la Charité, qui rapidement se formèrent pour assurer ce service.

  • Le Réseau scolaire vincentien : à la mort de Vincent et de Louise, une dizaine d’écoles avaient déjà été ouvertes. Aujourd’hui, le réseau scolaire vincentien compte 44 établissements, pour quelques 70 unités pédagogiques.
  • Le groupe SEVE : la fin des années 70 vit la prise de fonction des premiers Directeurs laïcs qui, convaincus de l’importance de l’intuition vincentienne fondatrice, demandèrent à la Compagnie de garder la tutelle de leurs établissements. Dès lors, la transmission est devenue pour elle une priorité, et un groupe SEVE (au Service des Etablissements Vincentiens d’Enseignement) fut mis en place. Grâce à lui, un Texte de référence a pu être rédigé dès 1990, et de nombreuses Rencontres nationales furent organisées pour fédérer le Réseau : d’abord pour les Chefs d’établissement, puis pour les enseignants et autres personnels.
  • VAREF, Loi 1901 depuis 1999, en est directement issu, et poursuit un double objectif d’animation et de formation, pour assurer la pérennité du projet éducatif vincentien.

Les autorités de Tutelle

Dans chacune des 2 Provinces de France des Filles de la Charité Nord et Sud),

la Visitatrice (Responsable Provinciale) est assistée dans l’exercice de la Tutelle par un(e) Délégué(e) de Tutelle et un Conseil de Tutelle.

Autorité de tutelle France Nord

M. Elie DELPLACE, Visiteur
95 rue de Sèvres
75006 PARIS
Tél : 01 45 48 35 72
E-mail : paris.cm@wanadoo.fr

Sr Marie-Andrée CADET, Visitatrice
9 rue Clerc
75007 PARIS
Tél : 01.45.56.58.90
E-mail : ma.cadet.prov.fdlc@free.fr

M. Hubert ANTOINE, Délégué de Tutelle
9 rue Clerc
75007 PARIS
Tél : 06.79.38.23.46
E-mail : h.antoine.ddt.fdlc@fre

Le Projet éducatif vincentien

Le Projet éducatif vincentien dans lequel s’inscrit notre action est traduit pour aujourd’hui par un Texte de référence, qui en reprend les fondamentaux et en décline les intuitions, finalités et exigences. Il comprend 3 volets :

Accueillir

L’accueil préférentiel des jeunes en difficulté constitue la raison d’être des établissements scolaires vincentiens, qui restent cependant ouverts à tous. Le type de ces établissements et leur implantation géographique favorisent en général cette priorité.

Quelles exigences implique cet accueil ?

  • Une forte motivation de tous les membres de la communauté Educative, nécessitant que le projet éducatif vincentien soit connu, vécu, et régulièrement revisité, pour que l’Établissement soit vraiment un lieu de soutien mutuel où le jeune se sente accueilli, accepté tel qu’il est, reconnu et valorisé.
  • La prise en compte des besoins des enfants et des jeunes les moins favorisés dans toute la vie de l’établissement (inscriptions, moyens pédagogiques, ouvertures de classes ou sections, choix de gestion…)
  • Une formation continue à la hauteur des défis que pose l’enseignement des jeunes en difficultés
  • Un large réseau de relations permettant un meilleur service de tous.

Promouvoir

Promouvoir : ce mot signifie essentiellement « mettre en mouvement », tirer en avant. Il s’agit de mettre ou remettre en route des enfants ou des jeunes souvent freinés dans leur parcours scolaire par des difficultés scolaires, familiales ou sociales multiples.

Cette promotion s’adresse à la personne dans toutes ses dimensions : sociale, professionnelle, spirituelle… Elle requiert certaines attitudes :

  • Un regard qui envisage, espère la personne, la situe comme un être en devenir, capable d’évolution et de changement.
  • Une volonté de repérer avec l’élève ses compétences, potentialités et difficultés.
  • Une « pédagogie de l’encouragement » (relevé sur un rapport d’inspection d’un professeur d’Établissement Vincentien.)
  • Souvent un long chemin de patience indéfectible et d’écoute, pour marcher à son pas et l’aider à croire en lui-même.
  • Une souplesse pédagogique et des structures souples, plus aptes à respecter l’originalité et les besoins de chacun.
  • Une pratique du travail en équipe pour oser le risque, l’innovation sur des terrains délaissés par d’autres, pour des enfants et des jeunes non pris en charge par ailleurs.

Annoncer

Traduire en actes l’Evangile

« Evangéliser, c’est rendre effectif l’Evangile », disait Vincent de Paul. L’évangélisation était sa passion. C’est aussi la nôtre, non comme un « à côté » de l’enseignement, mais à travers toute la vie de l’établissement et chacun de nos actes : manière d’accueillir, choix pédagogiques et éducatifs, attention pour chacun, sens de la justice… Le témoignage de l’adulte revêt une importance capitale pour le jeune qui se construit et doit choisir ses repères.

Evangéliser en actes et en paroles

Si la vie de l’établissement est une annonce en actes, la parole éclaire cependant le témoignage et lui donne toute sa portée. Annoncer explicitement Jésus-Christ est donc essentiel dans le réseau vincentien, à chaque fois que cela est possible et en utilisant des moyens adaptés à chacun et en proposant des chemins variés le rejoignant dans sa vie et sa culture.

Télécharger le Texte de référence  

Comments are closed.