Soirée au Théâtre de l’Hôtel de Ville du Havre

novembre 10, 2018 Commentaires fermés sur Soirée au Théâtre de l’Hôtel de Ville du Havre

« Les filles aux mains jaunes », le combat des ouvrières oubliées de 1914-1918, pour la victoire… et pour la cause des femmes !

Vendredi 9 novembre 2018, trois classes du lycée Saint-Vincent-de-Paul se sont rendues en soirée au Théâtre de l’Hôtel de Ville du Havre pour assister à la représentation de la pièce de Michel Belliet « les filles aux mains jaunes ».

Cette pièce de théâtre a bénéficié du label « 1914-1918 » de la commission centenaire de la Première Guerre Mondiale, au même titre que « les coquelicots des tranchées », pièce de George Marie Jolidon présentée au THV en 2014, à laquelle des lycéens de l’établissement avaient aussi assisté.

Alors que « les coquelicots des tranchées » se concentrait sur les destins mêlés de combattants survivants à quatre ans, trois mois et onze jours de carnage, « les filles aux mains jaunes » met en lumière le rôle des femmes dans la Grande Guerre, à travers les figures de Jeanne, Rose Julie et Louise.

Ces femmes de générations différentes ont toutes un mari, un frère, un père quelque part sur le front, elles se sont emparées à bras le corps de ces « métiers d’hommes » où elles ont découvert tout à la fois, une liberté de corps, de paroles, d’esprit, la solidarité…

Dans leur participation à l’effort de guerre, dans leur difficile quotidien de la condition ouvrière, ces quatre femmes ont vécu jusqu’à la fin du conflit quelque chose qui ressemblait à un début d’émancipation….

Les 73 élèves ( 3ème Prépa Pro, 1ère Bac Logistique, 1ère bac Métiers d’Art) et leurs professeurs ont été particulièrement sensibles à la restitution sur scène de l’enfer industriel d’un monde du travail qui expérimentait le taylorisme, les conditions de travail inhumaines, la toxicité des composants des explosifs, cette poudre jaune qui se collait sur les mains, les cheveux, les poumons et ne partait plus…

« Si les femmes qui travaillent dans les usines s’arrêtaient vingt minutes, les Alliés perdraient la guerre » – Général Joffre, 1915.

Photographies : Laurent Le Baron ; Dynamo Théâtre

Comments are closed.